#CBC: « Trump dit que les alliés de l'OTAN comme le Canada sont «délinquants» sur les dépenses militaires. Il a tort? « 

Advertisements:

U.S. Le président Donald Trump a intensifié sa rhétorique sur les dépenses de défense mercredi, exhortant les pays de l'OTAN à atteindre immédiatement des objectifs élevés de dépenses ou risquer d'être qualifié de « délinquant ».

L'argument selon lequel les Etats-Unis le projet de loi pour une trop grande partie de la capacité de défense de l'alliance, et d'autres nations membres – y compris le Canada – sont des «charlatans» pour ne pas avoir contribué leur juste part aux dépenses militaires nationales. «Franchement, de nombreux pays nous doivent beaucoup d'argent depuis de nombreuses années, où ils sont délinquants, en ce qui me concerne, parce que les États-Unis ont »

Trump a déjà dit à ses alliés que s'ils ne respectaient pas les objectifs de dépenses plus élevés, ils devraient quitter l'alliance et faire cavalier seul sur des questions militaires.

Il est rebutant pour certains observateurs canadiens – mais at-il raison d'appeler le Canada un partenaire de défense parcimonieux?

«Oui, je pense que Trump a raison de dire que les dépenses de défense sont un fardeau principalement porté par les États-Unis. », A déclaré Colin Robertson, un ancien diplomate et vice-président de l'Institut canadien des affaires mondiales, dans une entrevue avec CBC News.

« Nous devons en faire plus. Nous ne pouvons pas attendre du public américain qu'il paie tous les coûts de cette alliance. »

L'OTAN est le pilier central de la défense euro-atlantique et la pierre angulaire de la politique de défense et de sécurité du Canada. dit:

« Mais Trump met les gens au large. Personne n'aime un tyran. Quand un tyran vous dit de faire quelque chose, vous lui dites habituellement de f-off. Il est difficile pour Trudeau de faire quelque chose parce qu'un certain groupe de Canadiens dira: «Oh, vous ne faites que vous prosterner devant Trump», at-il ajouté.

«Les premiers ministres canadiens ont toujours pris soin de tenir à distance leurs homologues américains … mais l'essentiel est que vous devez regarder des dollars parce que les dollars parlent. »

Il a dit que le Canada devrait dépenser plus pour la défense, non seulement pour plaire à Trump – qui« prendra, prendra, prendra »- mais aussi pour servir nos propres intérêts nationaux en augmentant le nombre de soldats, en remplaçant le matériel vieillissant, en protégeant la souveraineté canadienne dans l'Arctique et en participant à des missions humanitaires à l'étranger

– Les budgets militaires ont augmenté au cours des deux dernières années, ce que Trump a encouragé le secrétaire général de l'OTAN, Jens Stoltenberg, à lui reconnaître mercredi.

Mais les dépenses de l'OTAN sont une vieille obsession des présidents américains. ck Obama a également réprimandé les «passagers clandestins» pour n'avoir pas consacré à l'armée une cible de longue date de deux pour cent de leurs produits nationaux bruts.

Obama a suggéré que la réticence du Royaume-Uni à augmenter ses dépenses de défense pourrait menacer Obama a même appelé le premier ministre Justin Trudeau sur la question lorsqu'il s'est adressé au Parlement en juin 2016. «Le monde a besoin de plus de Canada. L'OTAN a besoin de plus de Canada. Nous avons besoin de vous. « 

Obama: » Le monde a besoin de plus de Canada «  1:21

Les dirigeants américains ont longtemps regardé avec envie les dépenses de défense relativement faibles des autres pays de l'OTAN alors que le budget du Pentagone continue de

Le Canada a signé un accord pour «viser» l'objectif de deux pour cent de dépenses au sommet de 2014 de l'OTAN au pays de Galles – un engagement qui coûterait des milliards de dollars aux contribuables canadiens pour satisfaire les demandes des États-Unis et de l'OTAN. Les dépenses actuelles du Canada représentent un peu plus de 1% du PIB – environ 20 milliards de dollars par année – un chiffre que beaucoup considèrent tout simplement trop bas pour soutenir une force de combat moderne.

D'autres disent que la qualité est aussi importante que la quantité. Trudeau a déclaré que le critère des deux pour cent ne tient pas suffisamment compte de la totalité de l'engagement d'un pays à l'égard de l'alliance.

«Je pense que la mesure de deux pour cent est un raccourci facile … dans une certaine mesure, outil limité, '' Tr Udeau a déclaré mardi après avoir rencontré des soldats canadiens participant à une mission de l'OTAN en Lettonie.

Libéral B.C. Le député Stephen Fuhr préside le Comité de la défense de la Chambre des communes, qui a récemment terminé une étude sur les relations du Canada avec l'OTAN. Il a ajouté que le Canada ne devrait pas ignorer complètement l'objectif de 2% «ambitieux», mais qu'il existe d'autres façons d'évaluer sa contribution.

Libéral B.C. Le député fédéral Stephen Fuhr, président du comité de la défense des Communes, affirme que l'accent mis sur le chiffre de 2% du PIB ne donne pas une image complète de l'engagement du Canada envers l'OTAN (Stephen Fuhr / Facebook)

 » Je comprends le besoin d'avoir un numéro là-bas, il faut mettre un pieu dans le sable quelque part, mais il ne donne pas une image complète, il y a de meilleures façons d'évaluer qui contribue réellement », a déclaré l'ancien pilote de chasse. « La Grèce dépense peut-être plus que nous, mais la Grèce se montre-t-elle à chaque fois, la Grèce investit-elle dans les capacités dont l'OTAN a réellement besoin? »

(Près des trois quarts des Dans un pays où le chômage sévit, une carrière dans l'armée grecque est très recherchée et le pays méditerranéen ne parvient pas à atteindre d'autres objectifs de dépenses de l'OTAN pour l'achat d'équipements importants, par exemple.)

« Chaque fois qu'il y a un mi ssion, le Canada se penche sur la question et décide s'il est dans l'intérêt national de participer, et nous en avons à chaque fois », a ajouté M. Fuhr.

« Tout est une question de capacité. La grande question est la suivante: le Canada est-il en train de livrer? Et je pense que la réponse à cette question est oui, y compris en Lettonie, beaucoup de temps. Notre histoire a montré que vous pouvez compter sur le Canada pour se montrer et prendre son poids la plupart du temps. Les deux pour cent ne sont que l'une des façons de voir les choses. »

(CBC)

M. Fuhr a souligné que la stratégie de défense du gouvernement, forte, sécurisée et engagée, dévoilée l'année dernière, comprend un engagement à dépenser 47 milliards de dollars d'argent frais sur 20 ans, ce qui fera passer le Canada légèrement plus haut dans la liste à environ 1,45 pour cent du PIB

«C'est beaucoup d'argent à investir dans l'armée. Robertson a dit qu'il avait de la sympathie pour l'argument du gouvernement

alors que le Canada dépense moins que certains, il a la meilleure interopérabilité de l'équipement dans l'alliance – ce qui signifie qu'il est fiable. Il est le partenaire des Etats-Unis pour les missions à l'étranger.

Seuls six des 29 pays membres de l'alliance peuvent s'intégrer pleinement aux États-Unis dans les airs, sur terre, en mer et avec les forces spéciales. du Centre d'études stratégiques et internationales, un important groupe de réflexion basé à Washington, a également cherché à remettre en question l'objectif de deux pour cent de la cible du tunnel. il serait plus utile de mettre davantage l'accent sur les ressources spécifiquement « employées au service de la sécurité alliée ».

« L'engagement presque unique de l'OTAN de consacrer 2% de son PIB à la défense obscurcit bon nombre des véritables obstacles à la croissance. Selon la propre évaluation du groupe de réflexion, le Canada se classe au quatrième rang des pays de l'OTAN en termes d'engagement total lorsque l'on inclut les niveaux de troupes dans les missions de l'OTAN,

Conflit des dépenses militaires avec les engagements de l'OTAN

Robertson dit que Trump a également confondu deux questions centrales dans le débat sur les dépenses de l'OTAN. Premièrement, a-t-il dit, l'affirmation du président selon laquelle les États-Unis «dépensent beaucoup plus pour l'OTAN» que ses alliés est trompeuse.

Les dépenses militaires totales d'un pays comprennent ses responsabilités envers l'OTAN et tout ce que son armée fait. Selon le récent rapport de la Chambre des communes, le Canada fournit actuellement 6,6% des budgets financés par l'OTAN, ce qui en fait le sixième contributeur financier à ce budget parmi les États membres.

Sans parler des 435 civils et militaires canadiens le personnel travaillant actuellement dans la bureaucratie de l'OTAN, un nombre qui ne comprend pas le personnel affecté aux opérations de l'OTAN ou le personnel travaillant au sein de diverses agences de soutien de l'OTAN.

Plusieurs Canadiens occupent également des postes de haut rang au sein de l'OTAN. . Christine Whitecross, commandant du Collège de défense de l'OTAN à Rome, et le lieutenant-général. Christian Juneau, commandant adjoint du Commandement des forces interarmées à Naples.

Note: « Previously Published on: 2018-07-12 00:10:36, as ‘

<

pre>Trump dit que les alliés de l'OTAN comme le Canada sont «délinquants» sur les dépenses militaires. Il a tort?

‘ on CBC RADIO-CANADA. Here is a source link for the Article’s Image(s) and Content ».

CBC Radio-Canada

Copyright © CBC Radio-Canada. All rights reserved. Distributed by the PressOcean Media. Contact the copyright holder directly for corrections or for permission to republish or make other authorized use of this material... Articles and commentaries that identify the PressOcean as the publisher are produced or commissioned by the PressOcean Media. To address comments or complaints, please Contact us.

0 Comments

No comments!

There are no comments yet, but you can be first to comment this article.

Leave reply

Leave a Reply, an Opinion or a Comment: